Des aides financières adaptées

 

Les AFS (Aides Financières Simplifiées) sont des mesures d’accompagnement soumises à conditions, proposées par la Carsat aux entreprises de moins de 50 salariés, permettant la mise en œuvre d’une mesure de prévention d’un risque par un investissement approprié ou une aide pour le recours à un consultant ou à des actions de formation.

 

Ces aides ciblées ont été mises en place dans le but affiché d’améliorer les conditions de santé et de sécurité au travail. Utilisez-les pour financer les actions que vous avez inscrites dans votre plan d’actions annuel (document unique) !

L’obtention de ces aides est subordonnée à une obligation de formation des salariés et/ou du dirigeant de l’entreprise.

 

Dans le cadre de la prévention des TMS, des aides financières vous sont proposées :

Une aide régionale TMS généraliste, mais qui ne concerne pas tous les secteurs d’activité,

Une aide spécifique au secteur de la coiffure.

 

En outre, bénéficier de ces aides pour une entreprise, c’est également respecter une charte d’engagement fondée sur les neuf principes de prévention, à savoir :

 

  1. Eviter l’exposition aux risques : éviter les manutentions manuelles
  2. Evaluer l’exposition quand elle ne peut être évitée : évaluer le risque lié aux manutentions manuelles quant il ne peut pas être évité,
  3. Combattre le risque à la source : intégrer la prévention le plus en amont possible, notamment dès la conception des lieux de travail, des équipements et des modes opératoires
  4. Concevoir des postes de travail et choisir des équipements de travail et des méthodes de travail adaptées à l’homme et à sa situation de travail (choisir le bon équipement évitant les manutentions manuelles) : l’évaluation peut détecter qu’un plan de travail par exemple est d’une hauteur inadaptée pour les salariés (entraînant des contraintes importantes et des efforts inutiles) ; ce plan peut alors être surélevé pour diminuer le risque d’atteintes ostéoarticulaires
  5. Tenir compte de l’évolution des techniques : assurer une veille pour mettre en place des moyens de prévention en phase avec les évolutions techniques et organisationnelles
  6. Remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas ou moins : éviter l’utilisation de procédés ou de produits dangereux lorsqu’un même résultat peut être obtenu avec une méthode présentant des dangers moindres (le remplacement d’un produit cancérogène par un produit moins nocif, ou l’utilisation de peintures sans solvant, par exemple).
  7. Planifier la prévention : intégrer dans un ensemble cohérent la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’environnement. En cas d’intervention de plusieurs entreprises sur un même lieu, organiser la prévention en commun.
  8. Privilégier la protection collective par rapport à la protection individuelle en mettant en oeuvre notamment les matériels subventionnés par la Carsat Nord-Picardie qui devront être maintenus en bon état et vérifiés conformément à la réglementation : l’employeur doit donner la priorité aux mesures de protection collective. L’utilisation des équipements de protection individuelle intervient uniquement en complément des protections collectives si elles se révèlent insuffisantes.
  9. Informer les salariés et les former à l’utilisation des équipements en sécurité : donner aux salariés les informations nécessaires à l’exécution de leurs tâches dans des conditions de sécurité optimales. Il s’agit notamment de leur fournir les éléments nécessaires à la bonne compréhension des risques encourus et ainsi de les associer à la démarche de prévention. Ces principes doivent être mis en œuvre en respectant les valeurs essentielles et les bonnes pratiques de prévention. Ces principes montrent le caractère plurifactoriel (organisationnel, humain, technique…) des risques professionnels.

 

Contact : Christelle Juanchich – christelle.juanchich@carsat-nordpicardie.fr