L’entreprise de BTP a baissé sa sinistralité routière grâce à un plan d’actions mis en place avec la Carsat Nord-Picardie.

 

Article reproduit avec l’aimable autorisation du magazine « Entreprise et Carrières », à retrouver dans le n° 1338 du 23 mai 2017.

 

Chez Spie Batignolles Nord, la filiale du groupe de BTP, le risque routier a fait l’objet d’une prise de conscience récente. En 2014, une étude en interne aligne des chiffres impressionnants : entre 10 et 12 millions de kilomètres parcourus chaque année par une flotte de 380 véhicules, avec une moyenne de 200 sinistres par an.

 

Des initiatives existaient déjà dans l’entreprise, par exemple l’équipement des agences en systèmes de visio-conférences, pour limiter les déplacements, ou la remise à chaque nouveau collaborateur d’un guide des bonnes pratiques de la conduite automobile. Les véhicules de chantier étaient pour leur part équipés de radar de recul, et bridés à 110 km/h. «Mais nous voulions aller plus loin : prendre en compte ce risque entrait en cohérence avec la politique globale zéro accident du groupe», précise Olivier Stienne, le référent risques routiers de l’entreprise. La société a alors cherché un partenaire pour la soutenir dans sa démarche, et elle l’a trouvé à la Carsat Nord-Picardie.

 

La caisse régionale a mis en place un contrat d’objectifs pour les déplacements en entreprise, le dispositif Code. « Il est proposé à l’ensemble des entreprises des Hauts-de-France, quelle que soit leur taille ou le secteur d’activité. Un ingénieur-conseil ou un contrôleur de sécurité accompagne l’entreprise. Tous les aspects du risque routier professionnel sont balayés. La prévention ne vise pas que le salarié : certes, il est acteur de sa propre sécurité, mais il faut aussi réfléchir à l’organisation du travail », souligne Carole Bolot, ingénieur-conseil à la Carsat Nord-Picardie. Par exemple, le management des déplacements. La direction technique de Spie Batignolles Nord est ainsi devenue adepte du covoiturage en interne, au point que la société pense à un site Internet, pour étendre la  bonne pratique à l’ensemble des salariés. « On ne connaît la Carsat que sur l’aspect contrôle, mais elle a un vrai rôle de conseil aux entreprises. Elle a établi un catalogue des actions possibles, un partage d’expériences qui nous a donné des idées », explique Olivier Stienne.

 

Désormais, un carnet de bord est présent dans les utilitaires de la société : à chaque changement de conducteur, un tour est fait, un peu comme dans les agences de location de voitures, pour vérifier l’état, et noter les petits problèmes. Olivier Stienne décrypte : « Cela responsabilise les salariés, et ils prennent davantage soin du véhicule. » Chaque année, la validité de tous les permis de conduire est vérifiée, et des demi-journées de sensibilisation sont organisées avec la gendarmerie ou des associations de prévention routière. Spie Batignolles Nord a ainsi multiplié les initiatives : il avait de 12 à 18 mois pour les mettre en place, et son Code a été clôturé fin 2016. Le contrat Code a alors permis d’évaluer les réalisations accomplies, selon un barème précis. Les incontournables rapportent peu de points, car il s’agit de respecter la réglementation en vigueur, par exemple l’interdiction du téléphone portable au volant. Les autres actions sont classées en A, B ou C, A étant le niveau le plus ambitieux. Spie Batignolles Nord a pu ainsi prétendre à une minoration de son taux de cotisation, sur la part accident de trajet (déplacements des salariés entre leur domicile et leur lieu de travail). Une carotte financière qui a compté, mais moins que les résultats  obtenus : «Nous avons baissé de 30 % notre sinistralité, ce qui a généré 7% d’économie sur la réparation des véhicules ; les amendes ont diminué de 10%. Même la consommation de carburant est passée de 7,6 litres au 100 à 7,3 litres», se félicite Olivier Stienne. «Tous les voyants étaient au vert, et ont montré l’efficacité de la démarche.»

 

Stéphanie Maurice

 

Repères :

Activité : BTP.

Effectif : 534 salariés.

Chiffre d’affaires 2016 : 125 millions d’euros.

 

Contact : carole.bolot@carsat-nordpicardie.fr