Planter les graines de la prévention de demain…

Créer une dynamique, s’ouvrir à un regard attentif (et non attentiste) sur le monde qui nous entoure, analyser son activité et ses pratiques, penser amélioration continue dans le domaine de la santé et de la sécurité, cela n’a pas de prix. Et au plus tôt l’on s’accapare ces notions et on les intègre à sa propre manière de fonctionner et plus loin on va sur le champ de la prévention. Proposer une entrée en matière ludique est l’objectif premier de cet événement connu sous le nom « Olympiades de la santé et de la sécurité ».

 

P1360834_petit

Créées sous la forme d’un concours sécurité en 1995, et action phare d’un partenariat entre la Carsat Nord-Picardie et les rectorats d’Amiens et de Lille, les olympiades ont pris leur forme actuelle il y a moins d’une dizaine d’années. Elles regroupent donc maintenant différents publics (3e prépa pro, SEGPA, CAP, BEP / Bac Pro / Bac Techno, BTS) pour des épreuves éliminatoires organisées au sein des établissements, suivies par une finale régionale rassemblant les élèves ayant obtenus les meilleurs scores. Et quelle réussite !

 

 

Pour l’année scolaire 2015-2016, en Picardie, 3740 élèves ont participé aux éliminatoires. La finale a réuni 241 candidats provenant de 65 établissements : 26 de 3e Prépa Pro, 58 de Segpa, 50 de CAP, 68 de Bac Pro ou Bac techno et 39 de BTS.

 

 

 

 

Comme dans toute compétition, fut-elle cérébrale, l’essentiel est de participer ! En effet, l’intérêt d’une telle manifestation passe avant tout par l’implication de l’élève dans une démarche de réflexion et de mise en situation par le biais d’un QCM accessible.P1360799_petit

 

Quel joyeux mélange lors des finales, le 28 avril à l’UTC de Compiègne ! Différentes épreuves rythment l’après-midi, selon les filières d’origine des élèves. Grâce à de nombreux partenariats avec les associations de prévention, des stands informatifs proposent des documents variés et adaptés au public (risque routier, addictions, santé,…), ainsi que des ateliers rapides, amusants et pédagogiques qui permettent des mises en situation (dangers de l’alcool, conduite,…). C’est aussi l’occasion d’échanger avec les professeurs, friands de nouveautés en santé et sécurité, mais aussi de documentation à présenter à leurs élèves.

 

 

 

 

 

Rencontre avec Yann Doyen, Inspecteur d’enseignement technique au CRESST :

« Depuis 8 années, nous organisons avec la Carsat Nord-Picardie ces Olympiades de la Santé et de la Sécurité à destination des élèves des filières professionnelles… avec le succès qu’on leur connaît.

 P1360793_petit

Originellement instituées à Amiens, elles se déroulent maintenant depuis 2014 à l’Université de Technologie de Compiègne. Ce changement de localisation a deux principales motivations : tout d’abord géographique car la ville est plus propice à accueillir les participants des trois départements de la Picardie par sa localisation ; mais également stratégique car il est important d’inciter les élèves à la poursuite d’étude. Faire se dérouler cet évènement au sein d’une université permet de désacraliser le lieu en leur montrant à quoi cela ressemble vraiment.

 

Pour la plupart, c’est la première rencontre avec ce monde universitaire qui peut s’offrir à eux dans quelques années. Plus concrètement, ils découvrent ce qu’est un amphithéâtre, mais plus largement un lieu de culture et d’enseignements de manière décontractée afin de donner une image positive des savoirs et des études.

 

Pour les filières professionnelles, les Olympiades sont essentielles afin de promouvoir la Santé et la Sécurité au Travail avec une finalité. Nous concourrons à la sensibilisation des élèves avec leurs professeurs. Ces derniers préparent leurs élèves avec les anciennes épreuves des années passées. Grâce à l’accord-cadre entre la Carsat, l’INRS et le Ministère, nous sensibilisons tôt : les élèves sont très vite confrontés aux risques par les stages qu’ils effectuent. C’est une manière d’enrichir leur portefeuille de compétences ».

 

 

Et l’avis des professeurs ? Sarah Godin et Stéphane Telliez, professeurs de biotechnologie au Lycée Général et des Métiers du Val d’Authie nous expliquent :

P1360889_petit« Dans notre structure, la sensibilisation à la prévention des risques professionnels concerne toutes les filières professionnelles du lycée, mais plus particulièrement les classes de Bac Pro ASSP (Accompagnement, Soins et Services à la Personne*) et de CAP ATMFC (Assistant Technique en Milieux Familial et Collectif**).

 

Tous les ans nous participons aux Olympiades par le biais d’éliminatoires au sein de l’établissement qui nous permettent de sélectionner deux élèves par filière. Il est essentiel d’enseigner tôt la Prévention Santé Environnement (PSE) car les entreprises tiennent de plus en plus compte de cet atout dans leurs recrutements. Quelquefois les élèves manquent de maturité vis-à-vis de la prévention, mais on leur donne des clefs pour la suite ».

 

 

Quant aux élèves, si l’on en croit ceux qui représentaient le Lycée Professionnel Jules Verne de Grandvilliers : « Les Olympiades c’est trop facile ! Enfin… en fait non. Ça parait simple, mais quelquefois, on se trompe bêtement. En fait, ce n’est pas si facile ».P1360915_petit

 

L’académie de Lille pas en reste…

 

Pour l’académie de Lille (Nord et Pas-de-Calais), les Olympiades se sont déroulées le 12 mai à l’Université Lille 3 de Villeneuve d’Ascq. Même format mêlant ateliers ludiques, sensibilisation et épreuves.

  

 

*Le titulaire du baccalauréat professionnel Accompagnement, soins et services à la personne possède les compétences nécessaires pour travailler auprès de familles, d’enfants, de personnes âgées ou de personnes handicapées. Sa mission : les assister dans tous les gestes de la vie quotidienne et les aider à maintenir leur vie sociale. Dans le cadre de ces activités, il est amené à collaborer avec les professionnels de santé, des travailleurs sociaux et des partenaires institutionnels.

 

**Le CAP ATMFC (assistant technique en milieux familial et collectif) est un diplôme permettant à son titulaire d’assurer selon son employeur l’entretien des espaces de vie, l’entretien du linge et des vêtements, la préparation des repas en respectant les règles d’hygiène et de sécurité. Il peut exercer soit en milieu collectif (restaurants scolaires, maisons de retraite,…) soit chez des particuliers.