Pour les TPE, s’informer n’est pas nécessairement chose aisée, le temps manque et ce n’est pas la priorité. Assurer le développement et la pérennisation de sa structure, c’est d’abord à cela que doit veiller le chef d’entreprise. Le Réseau Entreprendre Hainaut est une association qui accompagne les entreprises naissantes. Et dans cet accompagnement s’est glissé un peu de prévention.

 

L’objectif du Réseau Entreprendre Hainaut, c’est accompagner pendant deux ans des entreprises créées, ou reprises. Cet accompagnement se traduit par des aides, de l’information, notamment en réunissant les lauréats régulièrement. Sous forme de club, le Réseau leur propose des sensibilisations sur des sujets divers. C’est dans ce cadre que sont intervenus Claude Routard et Guillaume Défossez, contrôleurs de sécurité de la Carsat Nord-Picardie, pour rappeler que « nous pouvons fournir aux entreprises du conseil, des aides, une offre de services comprenant par exemple de la formation, et pas que du contrôle ! » explique Guillaume. Après la sensibilisation, 15 entreprises de petite taille sont donc de fait maintenant parées à s’investir dans ce domaine, si ce n’était pas déjà le cas.

logo entreprendre hainaut

Mais que pense une entreprise lauréate de ce type d’information ?

Et de la prévention, en fait ? Nous sommes allés poser la question à deux membres du Réseau Entreprendre Hainaut.

Tout d’abord à la société S2EP, 8 salariés, spécialisée dans l’électricité industrielle, sur Douai. La prévention, du côté de son gérant, Frédéric Rainguez, est un sujet connu. « Forcément, dans l’industrie, on est obligés de s’intéresser à la sécurité » nous confie t-il. Premier point de l’intérêt de présenter ce type de sujet dans un contexte de rencontre entre chefs d’entreprise qui ont des expériences, des vécus différents.

« Je savais que le Document Unique était obligatoire ». Mais là encore, tous les métiers, tous les domaines professionnels, ne sont pas nécessairement au même niveau d’information. « Vous savez, un Document Unique, c’est comme un plan de prévention ». C’est là où l’on resserre la focale, et que l’on peut tisser des liens plus pratiques. On est dans un domaine qui sous-entend la co-activité en industrie, et qui dit co-activité dit nécessairement plan de prévention.

 

Deuxième société témoin, Nette Services, qui comprend deux structures, une de 24 salariés et une autre de deux salariés, basée à Bruay sur l’Escaut. La première société œuvre sur le champ du nettoyage de locaux tertiaires et industriels, et la seconde sur celui de la maintenance préventive multi-services en bâtiment. Il s’avère que c’est Romain Tellier, le gérant, qui est à l’initiative de l’intervention de la Carsat. « Quand j’ai créé la société de nettoyage, comme je suis assez sensible à la prévention, je savais que c’était important, et en plus je voulais en faire un argument commercial ». A la création de la société, c’est lui qui contacte Claude Routard, notamment pour avoir des informations et un accompagnement sur le Document Unique. Faire partager cette expérience aux autres lauréats était aussi une évidence. « Quand vous êtes chef d’entreprise, vous n’êtes pas forcément au fait de vos obligations ». Mais alors, au fait, argument commercial convaincant ? « Les groupes régionaux et nationaux sont sensibles à l’argument de prévention, car cela induit notamment que vous, en tant qu’entreprise, vous êtes structurés, et donc plus carrés, plus fiables ».

Alors, qu’est-ce qui peut empêcher une petite entreprise de faire de la prévention ? Pas forcément le manque de temps, peut-être qu’en amont il faut insister plus, ou différemment. Parler des obligations, mais aussi des recommandations. Sensibiliser en tout cas via les canaux, les points de rencontre, les réseaux. Et relayer tout cela…

 

Vous êtes chef d’entreprise, vous créez ou reprenez une TPE, une PME, quelles sont vos obligations en matière de prévention ?

Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d’une altération de leur santé qui peut se traduire par une maladie ou un accident. Il appartient à l’employeur de supprimer ou de réduire ces risques afin d’assurer la sécurité des salariés et de protéger leur santé physique et mentale. Pour ce faire, il doit prendre les mesures appropriées et les mettre en œuvre conformément aux principes généraux de prévention énumérés par le Code du travail. Compte tenu de la nature de l’activité exercée, il doit ainsi évaluer les risques professionnels, consigner les résultats dans un document unique et mettre en œuvre des actions de prévention. Il est également tenu à une obligation générale d’information et de formation à la sécurité. Comment ? Qui contacter ? Vos interlocuteurs prévention sont le médecin du travail (services de santé au travail), l’inspecteur du travail (Direccte) et le contrôleur de sécurité ou l’ingénieur-conseil (Carsat Nord-Picardie).