Pour un salarié assuré social, être en arrêt de travail pour une durée supérieure à 3 mois a des conséquences sur la situation financière, familiale et professionnelle.

 

L’arrêt de travail distend les relations entre le salarié et l’employeur, peut accentuer différents ressentis : la culpabilité d’être en arrêt, le sentiment de rupture avec l’environnement professionnel, l’inquiétude quant à la préservation de sa place, le sentiment d’isolement, dans un contexte économique et social en crise. A ce propos, quelques paroles d’assurés : « On est considérés comme des tire-au-flanc parce qu’on ne reprend pas le travail »… « Les gens croient qu’on fait des comédies parce qu’on est en arrêt »… «Je ne suis plus bon à rien »…

 

Proposer un accompagnement collectif…

Le service social de la Carsat, à partir d’une information administrative transmise par les Cpam, a pour mission de rencontrer les assurés en arrêt de travail de plus de 3 mois. L’Assistant de service social intervient en proposant un accompagnement social individuel ou collectif en lien avec des partenaires multiples. Il s’appuie sur les différentes législations du travail et de la protection sociale.

Le projet intitulé « Ma santé, mon emploi : une dynamique vers l’avenir » est élaboré par 2 assistantes de service social sur la Côte d’Opale. Il s’appuie sur une analyse des problèmes rencontrés par les assurés en arrêt de travail et des ressources du partenariat local.

Les assistants de service social partent du principe que la mise en place d’une action collective permettrait de créer les conditions pour que les participants accèdent à l’information, retrouvent confiance en eux, rompent leur isolement, enclenchent un processus de retour à l’emploi.

 

Des assurés impliqués et solidaires… et un bilan globalement positif

 L’intervention proposée dure 2 mois et se construit autour de 5 réunions de 2 heures.

Elle est menée avec un groupe de 11 assurés : 6 assurés sont issus de l’information de la Cpam, et 4 sont orientés vers le service social par le médecin-conseil de la sécurité sociale. Ces personnes, en arrêt de travail, partagent la même inquiétude en lien avec leur santé et leur emploi. Ce sont 9 femmes et 2 hommes, âgés de 36 à 50 ans, de catégories socioprofessionnelles différentes : aide soignante, hôtesse de caisse en grande distribution, employée  de commerce, employé d’usine. Ils sont en arrêt de travail depuis 6 à 18 mois.

Cette mixité favorise une dynamique de groupe : les participants ont pu partager leurs expériences, s’entraider mutuellement. Ils l’expriment ainsi : « Heureusement qu’on n’est pas seuls »… « Heureusement qu’il y avait d’autres personnes avec nous pour en parler »…

Enrichi de ces échanges, chaque membre du groupe a cheminé par rapport à sa situation et a trouvé des ressources pour se mobiliser vers le retour à l’emploi.

Pour le bon fonctionnement du groupe, un cadre est posé par l’Assistant de service social : le respect de chacun et de sa parole, la participation active de tous. 9 assurés sur 11 ont participé aux 5 réunions.

Au terme de cette action, tous les participants expriment leur satisfaction. Ils disent : « Le groupe m’a bien soutenu »… « J’ai entendu des choses que je pensais mais que je n’osais pas dire »… « Je ne pensais pas pouvoir avoir des témoignages d’une personne qui s’en est sortie »… « J’accepte finalement ma situation par rapport à l’emploi »… « J’avais peur de l’invalidité mais maintenant j’ai compris que c’est ma santé avant tout »…

Le climat de confiance au sein du groupe et la participation régulière de la majorité ont permis à chacun de se remobiliser et d’engager des démarches de retour à l’emploi. Un assuré conclut : « C’est une bataille qu’il faut gagner, il faut garder le moral »…

 

 

Quel chemin parcouru?…

3 mois après la fin de l’action :

  • 1 assuré a retrouvé son poste initial,
  • 4 sont en bilan de compétences afin de définir un nouveau projet professionnel adapté à leur état de santé,
  • 3 poursuivent des soins car leur état de santé s’est aggravé,
  • 1 a été reconnu en invalidité 2e catégorie, 1 a été licencié pour inaptitude,
  • 1 a mis fin à la relation d’aide…

Ces résultats établissent le constat que chaque situation est singulière. Le devenir professionnel de la personne dépend de la pathologie, de l’âge, du poste occupé, des possibilités de reclassement dans l’entreprise, du contexte socio-économique général.

Pour répondre aux besoins et aux attentes de ces assurés en risque de désinsertion professionnelle, l’assistant de service social propose l’accompagnement social le mieux adapté : en individuel et en collectif. Ainsi il contribue au maintien en emploi des assurés en arrêt de travail prolongé. L’implication des assurés et de tous les acteurs est garant de l’aboutissement de telles actions…

 

Contact : Catherine Cauliez, Service social régional, catherine.cauliez@carsat-nordpicardie.fr